Ces scientifiques ont créé une nouvelle forme de vie pour étudier notre évolution

Click this text to start editing. This block is a basic combination of a title and a paragraph. Use it to welcome visitors to your website, or explain a product or service without using an image. Try keeping the paragraph short and breaking off the text-only areas of your page to keep your website interesting to visitors.

Ces scientifiques ont créé une nouvelle forme de vie pour étudier notre évolution

Crédits : DRd a Title

Click this text to start editing. This block is great for showcasing a particular feature or aspect of your business. It could be a signature product, an image of your entire staff, an image or your physical location, etc. Double click the image to customize it.

Click Here to Add a Title

Sur le papier, cela paraît évident. Si l’on veut tout savoir de l’évolution des cellules, pourquoi ne pas tout simplement créer artificiellement une nouvelle forme de vie, que l’on scrutera sans relâche ? C’est exactement ce qu’ont fait les chercheurs de l’université de Groningue, menés par le Pr Arnold Driessen, avant d’en poster les résultats le 19 mars dans la revue PNAS. En réalité, leur but était d’en apprendre plus sur le Dernier ancêtre commun universel (DACU) de toutes les cellules.

Car oui, il fut un temps où il n’y avait qu’une seule et unique forme de vie sur Terre. Celle-ci se serait ensuite scindée il y a entre 3,5 et 3,8 milliards d’années, donnant naissance aux archées et autres bactéries. Le challenge des chercheurs est alors le suivant : comprendre à quoi ressemblait ce fameux DACU et surtout de parvenir à expliquer les raisons de sa séparation. Aux grands défis les grandes prouesses, ils ont tout simplement donné la vie à un microbe mi-archée, mi-bactérie, qui pourrait présenter les mêmes caractéristiques que le DACU. 

PNAS

Crédits : PNAS

Click this text to start editing. This block is great for showcasing a particular feature or aspect of your business. It could be a signature product, an image of your entire staff, an image or your physical location, etc. Double click the image to customize it.

Click Here to Add a Title

La tâche n’a pas été aisée. Si bactéries et archées ont tous deux des membranes cellulaires solides, composées de molécules grasses appelées phospholipides, la structure moléculaire de leurs lipides diffère drastiquement. Ce serait justement cette disparité au sein de sa structure lipidique qui aurait, à terme, sonné le glas de notre DACU, qui a explosé en deux formes de vie parfaitement stables plutôt que de rester concentré en une seule et unique cellule bancale.

Bien sûr, il ne s’agit là que d’une hypothèse. Nous ne disposons pas, à ce jour, d’un échantillon authentique de DACU bien conservé. Mais on n’a jamais été aussi proches de la vérité. 

Source : PNAS