Le phénomène du « déjà-rêvé », un évènement plus rare encore que le « déjà-vu »

Click this text to start editing. This block is a basic combination of a title and a paragraph. Use it to welcome visitors to your website, or explain a product or service without using an image. Try keeping the paragraph short and breaking off the text-only areas of your page to keep your website interesting to visitors.

Le phénomène du « déjà-rêvé », un évènement plus rare encore que le « déjà-vu »

Click Here to Add a Title

Click this text to start editing. This block is great for showcasing a particular feature or aspect of your business. It could be a signature product, an image of your entire staff, an image or your physical location, etc. Double click the image to customize it.

Click Here to Add a Title

Des chercheurs français en neurologie ont mené une étude surprenante sur le « déjà-rêvé », un phénomène consistant à revivre un rêve en plein état de veille. Pour pas mal de personnes épileptiques, il s’agit d’une composante de leur quotidien, alors que pour le reste de la population, il s’agit d’un événement encore plus rare que le « déjà-vu ».

Click Here to Add a Title

Revivre un rêve alors que l’on est réveillé, cela arrive à une fréquence rarissime ! Pourtant, certains épileptiques peuvent en faire l’expérience pendant une de leurs crises. Proche du déjà-vu, le déjà-rêvé n’est autre qu’une situation objectivement nouvelle ponctuée d’une certaine familiarité, à la différence qu’il est ici plutôt question d’une réminiscence de rêve.

Le déjà-rêvé fait partie de ces phénomènes pouvant éclairer la science sur le fonctionnement du cerveau. Récemment, une équipe française réunissant des chercheurs du CHU de Toulouse, du centre de recherche Cerveau et Cognition (CNRS) et de l’Université de Nancy ont travaillé sur une classification des différents types de cas connus de déjà-rêvé. 

Dans l’étude publiée par la revue Brain Stimulation en février 2018, un des chercheurs indique qu’il s’agit d’un « phénomène qui a longtemps été amalgamé avec le déjà-vu », mais qu’en revanche ce dernier est « dépourvu de contenu mental », plutôt considéré comme une « sensation de familiarité qui ne se traduit pas par des images dans la tête ». 

Click Here to Add a Title

Les scientifiques ont alors planché sur 42 cas chez lesquels les crises d’épilepsie déclenchaient ce phénomène de déjà-rêvé. Les données récoltées étaient relatives à une procédure appliquée afin d’évaluer la neurologie des patients avant une chirurgie. Ainsi, ces mêmes patients avaient subi des stimulations électriques cérébrales sur différents endroits de la région temporale interne du cerveau.

Selon les chercheurs, le patient est en général capable « de dire que les images qui surgissent viennent d’un rêve qu’il a fait deux ou trois jours auparavant, et d’en relater des éléments narratifs précis. » Il faut savoir que les rêves sont une expérience d’hallucination sensorimotrice composée d’une structure narrative. Ainsi, les patients pourraient avoir ressenti quelques parties de ces rêves tout en étant éveillés.

D’autres patients sont à ranger plutôt dans la catégorie « réminiscence », dont le souvenir des rêves comporte peu de détails ou encore un « état de rêve », plus proche d’un déjà-vu, c’est-à-dire qu’ils se trouvent comme dans un rêve avec un contenu mental indéfini. 

Sources : The Daily MailSciences et Avenir